Réchauffement climatique et morphologie des souris

Nouvelles

Des biologistes observent des changements survenus au cours des 50?dernières années dans la structure des dents et du crane de deux espèces de souris du?sud du Québec

Une nouvelle étude réalisée par des biologistes de l’Université?McGill révèle que les hivers plus doux sont à l’origine de modifications morphologiques survenues au cours des 50?dernières années chez deux espèces de souris du sud du Québec?– exemple typique des conséquences du changement climatique sur les petits mammifères.

Les chercheurs ont également observé une inversion totale des proportions de deux espèces de souris vivant dans cette région, constatation qui vient s’ajouter aux données probantes témoignant d’un déplacement des espèces sauvages vers le nord en raison du réchauffement climatique.

La biologiste Virginie?Millien, directrice de la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill située à environ 40?kilomètres à l’est de Montréal, dans la vallée du Saint-Laurent, étudie depuis 10?ans deux espèces semblables et coexistantes?: la souris sylvestre et la souris à pattes blanches. Ces deux espèces sont communes dans l’est de l’Amérique du Nord. Si la souris sylvestre vit dans les régions plus nordiques du Canada, la souris à pattes blanches est une espèce plus méridionale que l’on observe rarement au nord du fleuve Saint-Laurent.

En comparant les données colligées depuis 10?ans et les spécimens capturés par des chercheurs de McGill depuis les années?1950, l’équipe de la Pre?Millien a découvert que la morphologie du crane des deux espèces de souris a évolué au fil du temps. Les changements observés sont semblables chez les deux espèces, mais plus prononcés chez la souris à pattes blanches, de sorte que la morphologie du crane est maintenant plus distincte entre les deux espèces.

Les chercheurs estiment qu’au cours de la même période, la souris à pattes blanches a migré plus au nord au fur et à mesure que les hivers devenaient plus doux, et ce, au rythme d’environ 11?kilomètres par année. En outre, si 9?spécimens sur 10?capturés par des chercheurs sur la Réserve dans les années?1970 étaient des souris sylvestres et 10?% seulement étaient des souris à pattes blanches, les proportions sont maintenant inversées, comme en témoignent les résultats de l’étude réalisée par l’équipe de la Pre?Millien publiés récemment dans la revue Evolutionary Ecology.

Changements morphologiques

??Selon la théorie de l’évolution, des changements morphologiques étaient susceptibles de se produire sous l’effet du changement climatique, mais nous disposions jusqu’à maintenant de très peu de données probantes témoignant de ce phénomène chez les mammifères??, affirme la Pre?Millien.

Ces changements pourraient être attribuables à des modifications dans les habitudes alimentaires causées par le réchauffement climatique ainsi que par la concurrence que se livrent les deux espèces de souris pour se nourrir, estiment les chercheurs. Ainsi, un changement de position de l’une des molaires chez les deux espèces pourrait indiquer que ces mammifères se nourrissent maintenant d’un autre type de nourriture qu’ils doivent broyer avec leurs dents.

Il reste à déterminer si ces changements sont d’origine génétique et seront transmis aux générations suivantes?– évolution – ou s’ils relèvent davantage de la ??plasticité??, soit l’aptitude de certaines espèces à s’adapter à des changements rapides de leur environnement.

Dans les deux cas, les changements physiques?– même s’ils sont difficiles à déceler pour les profanes?– sont considérables. ??Nous parlons ici d’os et de dents, des structures solides difficilement malléables??, souligne la Pre?Millien.

Ces observations viennent s’ajouter aux quelques cas documentés témoignant d’une adaptation rapide au changement climatique par des espèces sauvages, notamment ceux rapportés dans les études réalisées sur les pinsons des ?les Galapagos par Rosemary et Peter?Grant, qui se sont échelonnées sur quatre décennies à partir de 1973. En observant attentivement les populations de deux espèces de pinsons sur une ?le minuscule soumise à d’importantes variations climatiques attribuables notamment à la sécheresse et à El?Ni?o, ces scientifiques ont démontré que des changements évolutifs touchant la taille du bec et du corps peuvent survenir en l’espace de quelques années seulement.

Une ?le ??forestière??

Pour la Pre?Millien, la forêt ancienne de la Réserve naturelle Gault, sur le mont Saint-Hilaire, en Montérégie, au Québec, constitue elle aussi un véritable laboratoire isolé en plein air. ??Lorsque je suis arrivée au Québec, il y a 15?ans, après avoir quitté la France, mes travaux portaient sur l’évolution des mammifères insulaires??, se remémore-t-elle. ??J’étais assez dé?ue, car il était peu probable que je trouve des ?les à proximité de Montréal. Puis, j’ai vu une photo des collines montérégiennes prise par la NASA pendant l’hiver?: des ?les forestières au c?ur de terres agricoles et de zones urbaines. Je venais de trouver le cadre de mes recherches.??

Ces collines boisées étaient particulièrement intéressantes pour la Pre?Millien, car elle pouvait également avoir accès à des spécimens muséaux de la même région recueillis dans les années?1950 dans le cadre d’une étude sur le terrain réalisée par l’Université McGill ainsi que dans les années?1970 par Peter?Grant qui, à l’époque, avait réalisé des travaux de recherche sur les petits mammifères de la Réserve Gault alors qu’il était professeur de biologie à McGill. (Peter et Rosemary?Grant sont maintenant professeurs émérites à l’Université de Princeton.)

Recouverte de 1?000?hectares de forêts ancestrales, ??la Réserve Gault est unique?? dans le sud du Québec, affirme la Pre?Millien, qui en est la directrice depuis l’année dernière. ??Elle offre la possibilité aux chercheurs d’étudier les effets du changement climatique en faisant abstraction des perturbations causées par l’activité humaine. L’un de nos collègues biologistes s’emploie à mettre sur pied un projet semblable au n?tre et qui consiste à passer en revue les résultats de certaines études sur les plantes réalisées il y a plusieurs décennies.??

Cette étude a été financée par le Fonds de recherche du Québec?– Nature et technologies, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le Programme des chaires de recherche du Canada, une chaire Liber?Ero, une bourse de recherche Killam et le LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux.

L’article ??Rapid morphological divergence in two closely related and co-occurring species over the last 50 years??, par Virginie?Millien et?coll., a été publié en ligne dans la revue Evolutionary?Ecology le 2?ao?t?2017.

DOI?: 10.1007/s10682-017-9917-0
http://www.bbc-farsi.com/article/10.1007/s10682-017-9917-0?wt_mc=Internal.Event.1.SEM.ArticleAuthorOnlineFirst

Personnes-ressources?:

Pre?Virginie?Millien
virginie.millien [at] bbc-farsi.com

Chris?Chipello
Relations avec les médias
Université?McGill
Tél.?: 514?398-4201
christopher.chipello [at] bbc-farsi.com

étiquettes: 
  • 7827321073 2018-01-21
  • 4193471072 2018-01-21
  • 9898601071 2018-01-21
  • 9416531070 2018-01-21
  • 9613611069 2018-01-21
  • 4673211068 2018-01-20
  • 7435331067 2018-01-20
  • 5438721066 2018-01-20
  • 7892321065 2018-01-20
  • 7463731064 2018-01-20
  • 4007881063 2018-01-20
  • 307731062 2018-01-20
  • 9144751061 2018-01-20
  • 595761060 2018-01-20
  • 505041059 2018-01-20
  • 4151591058 2018-01-20
  • 1078561057 2018-01-20
  • 4709591056 2018-01-20
  • 3561331055 2018-01-20
  • 8769511054 2018-01-20